29 mars 1915 : à la veille de Pâques, toujours dans les tranchées

Belgique, le 29 mars 1915,

Chers Parents,

J’espère que vous êtes toujours en bonne santé. Je vais toujours bien. Je vous écris de la tranchée. Nous avons eu 4 jours de repos et nous y sommes depuis hier soir. Il fait beau temps depuis plusieurs jours, mais un peu froid. Le soleil commence à être un peu plus chaud. Nous en profitons pour nous asseoir dehors pendant la journée. Les tranchées sont presque sèches maintenant. Il n’y a plus de boue et les chemins de relève sont bien meilleurs. Le temps est très clair. La nuit, il fait un superbe clair de lune. Tout cela fait bien plaisir depuis le temps que l’on pataugeait dans la boue. Nous occupons toujours le même secteur. Les Boches ont l’air assez calmes. Nous voyons assez souvent des aéros survoler la campagne, des boches aussi bien que des nôtres. Au loin, on aperçoit aussi leurs ballons captifs ainsi que les nôtres. On dirait de gros cigares jaunes.

Je relis la lettre à maman qui m’a fait bien plaisir, mais je serais encore plus heureux si je savais qu’elle se fasse moins de tracas.

tranchée anglaiseEn Belgique, le terrain ne se prête pas pour faire des tranchées profondes, ni pour creuser des ab
ris souterrains, la terre s’éboule dès que l’on creuse et lorsque l’eau ruisselle dessus, c’est pourquoi on est obligé de faire des tranchées très larges et peu profondes, et des abris avec des tôles, des planches, des toiles de tentes, tout ce que l’on trouve, et l’on est moins garanti des obus que dans une tranchée étroite. Cependant, depuis que nous sommes dans ce secteur-ci, nous avons construit des abris avec des poutres, des planches, des grandes tôles ondulées, du papier goudronné, des sacs de terre, etc…. et la plupart sont recouverts d’une couche de terre, de sorte que l’on est à l’abri des projectiles à moins qu’ils ne soient de fort calibre. De plus, nous apportons de la paille que nous prenons dans les fermes en ruines au voisinage des tranchées, et l’on n’est pas trop mal, on peut se coucher et se reposer un peu.

En Allemagne, je crois que l’on commence à crier famine, mon oncle sera heureux de recevoir vos colis.

przemysl 2Nous étions au repos à W……. quand nous avons appris par les journaux la prise de Przemysl. Nous avons eu une ration de vin supplémentaire en cette occurrence.

Il y a eu une matinée où des « poilus » du 26ème ont chanté des chansons. Nous étions mieux cantonnés cette fois-ci dans le bourg, dans une maison d’ouvriers, nous couchions dans le grenier sur de la paille propre. Et dans le pays, on trouve tout ce que l’on veut ; de plus, les prix baissent un peu, le litre de vin ne se paye plus que 1f25 ou même 1f. Il y a aussi des marchands ambulants qui passent dans les cantonnements. Il faut croire que cela rapporte car il y en a une foule, plutôt trop. Les épiciers, cabaretiers, gagnent de l’argent en masse. C’est la vente forcée. Ils vendent le prix qu’ils veulent. Ils disent que les français ont beaucoup d’argent. Ils en profitent. Quand vous m’enverrez un colis, mettez-y une paire de chaussettes, car les miennes commencent à s’user. Je n’ai pas besoin d’autre linge pour l’instant. Vous pouvez toujours m’envoyer des tripes. Je trouverai bien réchaud alcool solidele moyen de les faire chauffer. D’ailleurs, on nous distribue depuis quelque temps à chacun un peu d’alcool solidifié pour faire chauffer ce que l’on veut dans les tranchées. On le met dans une boîte de conserves vide, c’est très pratique. On peut faire réchauffer le café qui arrive froid à la tranchée, ou même en faire. On ne dispose pas de toutes les commodités, mais cela ne fait rien, on trouve bien le moyen de s’arranger.

lampe de pocheIl y a aussi une chose très pratique et que j’ai oublié de vous demander plus tôt, c’est une lampe électrique de poche. Nous qui voyageons toujours de nuit, nous n’y voyons rien lorsqu’on arrive soit dans la tranchée, soit au cantonnement. Et c’est bien commode et plus facile que de craquer une allumette ou allumer une bougie pour se caser sous un abri ou dans quelque cour.

Le temps va se brouiller, il tombe de la neige. Nous avons passé la journée d’hier fête des Rameaux en réserve dans une ferme en ruines, nous avons roupillé toute la journée sur la paille, pas moyen de sortir, car il ne faut pas se faire voir des Boches, sans quoi les obus ne tardent pas à pleuvoir.

Je termine en vous embrassant de tout cœur.

Henri

J’ai pris le temps d’écrire une longue lettre, cela donne aussi l’impression que nous avons le temps, ainsi Maman se fera moins de soucis… La réalité n’en est pas aussi éloignée, l’attente est pesante, mais l’idée d’un assaut est encore plus effrayante. Depuis que je suis ici, les plus anciens m’ont raconté les batailles de l’automne dernier. Pendant mon instruction, nous avions évidemment des informations, mais jamais sur l’ampleur du nombre des tués. Le récit des survivants est glaçant. Voir tomber ses camarades et revenir vivant tenait de la chance pure. Les balles sifflent et frappent au hasard, dans une sorte de destin fatal. Il ne fallait pas être au mauvais endroit au mauvais moment.

Lisons ensemble le Miroir de cette semaine. Voyez notamment quelques photographies de la ville de Lille, notamment la place avec le défilé des Boches. Le Miroir s’interdit de citer la ville, mais moi, je l’ai bien reconnue !

miroir 1915 03 28

Cet article, publié dans 1915, campagne de Belgique, installation dans la vie de tranchée, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour 29 mars 1915 : à la veille de Pâques, toujours dans les tranchées

  1. Bonjour votre initiative est un miroir de la mienne. Cela fait plaisir de voir se rencontrer certains esprits…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s